STÉPHANE THIDET
SOLITAIRE

2016

COLLÈGE DES BERNARDINS, PARIS

STÉPHANE THIDET

Biographie

Stéphane Thidet est diplômé de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2002. Il vit à Paris et travaille à Aubervilliers.
Ses œuvres figurent dans de nombreuses collections publiques et privées. Stéphane Thidet est représenté depuis une dizaine d’années par la galerie Aline Vidal à Paris, ainsi que la galerie Laurence Bernard à Genève.
Stéphane Thidet est un artiste travaillant avec de nombreux médiums et matériaux. Dans ses œuvres, il manipule et transforme des sons, des images filmées, des objets manufacturés ou encore des éléments naturels extraits de leur environnement d’origine.
Ses installations cherchent souvent à déplacer les frontières classiques de l’art, comme lorsqu’il introduit en 2009 une meute de loups dans le parc du Château des Ducs de Bretagne lors de la manifestation Estuaire à Nantes.
En 2015, on a pu redécouvrir dans l’exposition Inside au Palais de Tokyo, son spectaculaire « refuge », une cabane en bois à échelle un, à l’intérieur duquel un déluge de pluie ne cessait de tomber.
En 2017, Stéphane Thidet reçoit le prix d’Anna Morettini pour son installation Solitaire, une commande de Rubis Mécénat réalisée in situ pour la Sacristie du Collège des Bernardins, Paris, en 2016. L’artiste investit jusqu’à août 2017 l’abbaye de Maubuisson avec l’exposition Désert.

www.stephanethidet.com

En savoir plus

Rubis Mécénat s’est associé au Collège des Bernardins pour donner carte blanche à l’artiste français Stéphane Thidet, pour occuper l’ancienne sacristie du Collège sous le regard du commissaire d’exposition Gaël Charbau. Stéphane Thidet réalise pour le Collège une installation spécifique, véritable métamorphose de l’espace qui mobilise une importante quantité d’eau pour créer un paysage contemplatif, architectural et mental. Au sein de ce dispositif, il imagine une étrange « machine à dessiner » célibataire, une inédite chorégraphie liquide, minérale et solitaire, qui prend toute son ampleur sous les voûtes de l’ancienne sacristie.